Teinture végétale

De Defko Ak Ñiëp Fablab
Aller à : Navigation, rechercher

Thématique:

Atelier expérimentations de teintures végétales locales sénégalaises. Créer de la teinture pour textile et encres, pâtes pour impression en bloque de bois et au pochoir. Expérimentation de motif par réserve de teintures. Valoriser les savoirs faire et le bien commun du jardin locale. Le recyclage de compostes, un cycle de production locale, une approche créative dans la conception d'une surface textile et d’impression sur papier. Documentation des recherches pour un accès libre et le partage de connaissances


Intervenants:

Mamadou Ndiaye Sene et Saer Mbodji de l'association Océanium. Ponctuelle: Cheikounah et Ibrahim Ndoye

Recettes

Ingrédients:


Tinctoriale
Noix de Kola (rouge/marron)
Bissap rouge feuilles (Gris)
Ecorce Loro (Rouge clair)
Ecorce de Soon (marron) Ecorce de veine (rouge clair) Ecorce xay (rouge)

Feuilles de manguier (jaune)
Thé (brun)
Henne poudre
Pelures d’oignons (ochre profond)
Nganj feuilles ,indigotier(vert/bleu (tons intermédiaire)
Ratt feuilles (jaune/vert)

Gerte toubab feuilles (vert clair)

Mordançage et fixatif: Pierre d'alum
Bicarbonate de sodium
Potasse (cendres d'écorces)
Jus de citron

Fixations: Sel
Vinaigre
Ngejan feuilles

Pâtes et Encres pour tampons: Gomme arabique
Charbon de bois


Textile: Cotton naturelle
Cotton mercerisé
Basin
Fil de coton Bio Malien (Aissa Dione)
Fil filé a la main Malien

Teintures par réserves:
teintures avec ligatures

Ligatures
Nœuds

Broderie
teintures avec ligatures


Pliage
Recettes; Premiers tests pour voir les différentes couleurs que les écorces peuvent donner. Ont obtient des oranges, ocres, jaune et gris bleu. En variant avec des fixation a l’alun et au bicarbonate de sodium. Avec des cotons brutes et basins ainsi que des fils de coton... Visite de d'Ibrahim Ndoye maître teinturier de teintures végétales et chimiste de formation qui apporte généreusement son savoir faire et sa passion pour nous donner de bon conseilles. Il nous montre comment faire de la potasse avec de la cendre filtré a l'eau pour obtenir un liquide jaunâtre. Cette étape est primordiale et délicate pour bien préparer la fibre a recevoir le tanin. Les essais de teintures sont en effet très concluant. Ibrahim Ndoye nous conseille aussi de faire plusieurs bains entre des périodes de séchage afin d'avoir des couleurs plus dense plutôt que de laisser le tissus a trempé toute la nuit.


Préparation

1) Pré-traitement

Obligatoire pour obtenir une bonne teinture ! Permet d’éliminer les impuretés du coton (naturelles type pectine, magnésium et saletés) La soude de la teinture chimique est remplacée par la potasse issu de la cendre (économique et moins abrasif) et on ajoute du savon (le mieux c’est d’utiliser du savon ordinaire dont on dissoudra des copeaux)
- Dans de l’eau à 50°C faire tremper le tissus (!Méthode de “mouillage” du tissus! voir film) en tripatouillant 15 minutes - Essorer - Replonger dans le bain (voir recyclage du bain) 15 minutes
! ATTENTION ! Le tissus ne doit pas être en contact avec l’air durant le pré-traitement sous peine d’oxydation créant des auréoles dans le couleur : Toujours avoir le tissus entièrement immergé !
Recyclage des bains : possibilité de réutiliser jusqu’à 3 fois le même bain. Pour cela on réchauffe le bain en ajoutant ⅔ de quantité de potasse et de savon pour le second et ⅓ pour le troisième]
- Essorer - Premier rinçage à l’eau chaude (important!) - Second rinçage à l’eau froide (retour à un milieu neutre) - Étendre pour faire sécher

2) Mordançage et première teinture

- Faire l’extraction du mordant:
Préparation de la potasse:

Brûler des écorces d'arbres. Récupérer a l'aide d'un tamis, la cendre avec le moins d’impuretés possible. Prendre une grande passoire et un tissu de coton qu'on place sur la passoire. Après avoir mouillé le coton on tamise la cendre et on rajoute un tout petit peu d'eau pour faire une pâte qu'on étale sur toute la surface. Continuer couche par couche afin d'avoir une couche bien épaisse. A la fin tamiser encore une fois de la cendre sur la pâte sans eau. Placer le tout sur un seau. Il faut qu'on entende la 1ère goutte d'eau après 30 min sinon la pâte n'est pas assez épaisse et on aura une potasse mal filtré. A la fin de la décantation on obtient une eau jaunâtre qui servira de mordançage.
preparation de la potasse


3)Extraction de la couleur:

Toutes nos végétaux et écorces ont été bouilli puis laisser reposer 15 min. Faire chauffer l’eau avec le matériel végétal (Feuille, écorces, fruits…), quand la température arrive ~ 90 °C ajouter la potasse (2 verres dans l’exemple) et faire mousser. Quand le mélange bout, arrêter le feu et laisser infuser en remuant régulièrement jusqu’à 30°C. Reproduire jusqu’à 5 fois pour l’extraction des colorants mais 1 seule fois pour le mordant.]

decoction de l’ecorce de son


- Préparer le bain de mordançage : 2-3L d’eau + 2 verres de potasse + extrait de mordant filtré + Potasse - Tremper le tissus (!Méthode de “mouillage” du tissus! voir film) - Laisser sécher à l’ombre avant de teindre (dans l’idéal dans une atmosphère ~ 10% d’humidité car un tissus trop sec se teint mal)
Les tons des couleurs varient beaucoup selon la qualité et le genre de tissus utilisé. En alternant les fixatifs les couleurs changent aussi beaucoup. Une seule et même teinte d'un pigment peut alors nous donner une palette des tons différents. Cette palette peut alors être très variés si on mélange 2 pigments. Par exemple le soon qui donne un marron rougeâtre plus le jay donne un rouge plus prononcé tendant vers un rouge bordeaux.